BGL BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations.

Ok
BGL BNP Paribas - La banque d'un monde qui change
BGL BNP Paribas - La banque d'un monde qui change
STARTIN
Jeunes actifs

Le 09.02.2018

Carrière

Travail : Différents types de contrats

1. La sécurité de l’emploi sur la durée : le contrat à durée indéterminée (CDI)

C‘ est la forme de contrat qui est souvent proposée au Grand Duché. Il court sur une période illimitée à partir du moment de la signature du contrat jusqu’à ce que l’employeur ou le salarié décide d’y mettre fin.

L’identité des parties, la date d’entrée en service, le lieu de travail, la durée de la période d’essai, voici quelques-unes des mentions obligatoires que vous devez retrouver sur votre contrat afin d’être certain qu’il soit bien valide.

Lorsque vous signez pour la première fois un contrat de travail, vous devez savoir que vous aurez obligatoirement une période d’essai à prester. Cette période varie de 3 à 6 mois en règle générale.

Du côté de l’employeur, il pourra rompre le contrat pour motifs personnels, économiques ou faute grave mais l’objet du licenciement devra toujours être motivé et énoncé.

2. Le court terme : le contrat à durée déterminée (CDD)

Le contrat à durée déterminée, comme son nom l’indique, est conclu pour une durée limitée et pour une tâche précise ; il ne peut pas dépasser une période maximale de 2 ans.

Il peut être renouvelé 2 fois mais la durée totale du contrat, renouvèlement compris, ne doit pas dépasser les 24 mois.

Contrairement au CDI, le CDD quant à lui ne permet pas de résiliation avant sa date d’échéance.

Si  toutefois l’employeur décide de vous remercier, vous êtes en droit de toucher des dommages et intérêts (sauf s’il s’agit d’une faute grave bien entendu !) ; quant à vous, vous serez redevable d’un mois de salaire à l’employeur si vous décidez de quitter votre poste.

3. Le travail temporaire, un tremplin vers le CDI

Si vous souhaitez d’abord découvrir un poste avant de pouvoir prendre LA bonne décision pour votre avenir, le travail temporaire (ou intérimaire) est peut être la solution qu’il vous faut !

Un contrat de travail temporaire, comment cela fonctionne ?

Le contrat ne se fera pas directement entre vous et l’employeur ; c’est l’agence d’intérim (pensez au préalable à vous inscrire !!) qui négociera un contrat de mission pour vous.

Vous  serez donc mis « à disposition » de l’employeur pour une tâche précise et une durée définie. Cela signifie concrètement que l’agence d’intérim est votre véritable employeur (pas de panique, tout ceci n’est pas compliqué !).

Ce type de contrat a une durée maximale plus courte qu’un CDD puisqu’elle est de 12 mois (renouvèlement compris) ; la période d’essai dépendra quant à elle de la durée de votre mission.

4. Le contrat à temps partiel, l’alternative pour allier vie personnelle et professionnelle

Pour ceux d’entre vous qui sont peut-être déjà parents, le travail à temps partiel est un bon compromis entre la vie de famille et la vie professionnelle.

Le contrat établi peut être un CDI ou un CDD et sera donc régi par les mêmes règles que l’un ou l’autre des contrats.

La seule nuance sera apportée quant à la définition de la durée hebdomadaire et à la répartition du temps de travail.

N’hésitez pas à vous adresser à des organismes spécialisés comme l’ADEM ou la Chambre des Salariés qui pourront vous donner des informations plus précises sur chacun des contrats.

Contactez-nous